Actualités

Bénin : rebondissements dans l'affaire fusillade d'un enseignant par de présumés éleveurs à Zè

L’investigateur 16/03/2023 à 18:16

L’affaire dite "fusillade d’un enseignant par de présumés éleveurs" dans la commune de Zè continue d’égrener ses pages. Selon d’autres sources contactées par l’Investigateur, il s’agit d’une fusillade de trop et les populations sont désormais vent debout, prêtes à en découdre avec les présumés auteurs des crimes dans leur commune.

Le dimanche 12 mars 2023, feu Dossou Corentin enseignanat se rendait dans sa commune de travail quand il a été fusillé par de présumés éleveurs communément appelés peulhs. Des jours après cet incident dramatique, un suspect a été interpellé.

Lire aussi : Bénin : un enseignant abattu par de présumés éleveurs dans la commune de Zè

En effet, de source proche de la famille de l’enseignant tombé sous les balles de présumés éleveurs (peuhls) dans la commune de Zè, l’Investigateur apprend que l’auteur présumé du crime crapuleux a été interpellé et gardé à vue dans un commissariat. Il est à noter depuis l’éclatement de l’affaire, selon sources indépendantes que cette barbarie n’est pas la première du genre. Deux autres ressortissants de la localité de Ahozonnoudé dans l’arrondissement de Sèdjè Houégoudo dans la commune de Zè suivent actuellement d’intenses soins dans un centre de santé pour avoir essuyé des tirs à balles réelles de la part des mêmes individus.
Pourquoi ces fusillades dans une localité non loin de Cotonou ?

Lire aussi : Bénin : le film du décès du chef traditionnel abattu par son frère à Banikoara

En effet, ce qui étonne est que ces barbaries ont lieu dans la commune de Zè sise seulement à 45 km de Cotonou. Non seulement, on a jamais entendu et jusqu’à preuve du contraire, les autorités politico-administratives hausser le ton mais aussi que la hiérarchie n’a daigné taper du poing sur la table. Tout se passe tout comme ces individus qui dictent leur loi aux autres sont dans un monde à part.

La gorge serrée, la source contactée par l’Investigateur admet que les présumés auteurs du crime ne sont pas qu’à la recherche de l’argent. Mais qu’ils seraient en mission pour un vieux qui recherche du "sang humain pour ses fétiches". Peut-être sûrs de leurs allégations, les parents de la victime souhaitent que le domicile de ce vieux soit perquisitionné. En ce qui concerne le cas du présumé auteur de la mort de l’enseignant, il devra être présenté au procureur de la République près le tribunal d’Allada ce jeudi 16 mars 2023.
Désemparés, les parents de l’enseignant défunt appellent les autorités policières à la rescousse afin que les auteurs de ces genres de crimes soient tous interpellés. A suivre ....



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer