Bénin : un opposant contre les propositions de Aïvo comme sortie de crise

L’investigateur 18/02/2021 à 18:30

Dans sa sortie médiatique à Porto-Novo, ce mardi 16 Février 2021, le constitutionnaliste Joël Aïvo a fait des propositions qu’il juge intéressantes au regard de la situation qui prévaut avant la tenue des élections. Mais un autre candidat toujours en lice, les balaie du revers de main.

Les propositions du candidat du Front pour la restauration de la démocratie (FRD), Joël Aïvo ne sont pas à en prendre en compte. Pour Paul Hounkpè, Secrétaire Exécutif National de la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE), il s’agit des propositions qui n’avancent en rien, le processus électoral ; et par ricochet, le Bénin. Pour cela d’ailleurs, l’ancien maire de la commune de Bopa, colistier du candidat Alassane Soumanou Djimba, « met Patrice Talon en garde contre lesdites propositions », rapporte les 4 Vérités.

Lire aussi : Bénin  : Hounkpè éligible à toutes les élections, selon la Cour constitutionnelle

En tenir compte, c’est « éloigner le Bénin des grandes nations à l’école desquelles le pays s’est inscrit depuis quelques années », estime Paul Hounkpè. En d’autres termes, il exige la poursuite du processus électoral. Le « réaménagement du calendrier électoral pour la présidentielle du 11 Avril 2021 » dont parle le Constitutionnaliste, Joël Aïvo n’a pas sa raison d’être. Inutile, a-t-il ajouté, de « reculer après les errements de quelques uns ; surtout après avoir engagé des fonds du contribuable »

Dans la même logique, l’ancien conseiller communal de Bopa invite Joël Aïvo et les autres candidats recalés à se joindre au DUO-candidat Corentin Kohoué/Irénée Agossa pour imposer l’alternance au sommet de l’Etat. Si toute l’opposition se joint audit DUO, ils sont capables de battre Patrice Talon dans les urnes et ainsi, acter l’alternance souhaitée par ceux qui ne parlent pas le même langage que le régime ne place.

Lire aussi : Attribution de fréquence Radio : les populations de Gogounou crient leur ras-le-bol et préviennent la HAAC

Pour finir, il menace le président Talon de « saisir les institutions de la République si jamais il ose céder devant les propositions de l’agrégé de droit, le professeur Joël Aïvo ».

Rappelons qu’au cours de sa sortie médiatique, Joël Aïvo a proposé au gouvernement, la suppression du parrainage à travers la prise d’une loi dérogatoire.

“Dans ce contexte quasiment monolithique, les dégâts du parrainage sont là, devant nous. Il faut courageusement s’en débarrasser par l’adoption d’une loi dérogatoire reportant l’application du parrainage aux présidentielles qui viendront à partir de 2026“, a souhaité le candidat du FRD.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook