Bénin

Cherté des denrées alimentaires : un professeur annonce des mois encore plus difficiles

L’investigateur 16/07/2021 à 19:00

Les aléas climatiques ajoutés aux attaques des ravageurs vont compliquer la vie aux Béninois les prochains mois. Déjà dans une zone d’alerte en ce qui concerne la cherté des produits de première nécessité, les populations doivent s’attendre à des rendements assez faibles en maïs surtout. Un Expert confirme et suggère.

Les récoltes de cette année sont susceptibles de creuser davantage de douleurs dans les ménages. Face à la cherté des denrées alimentaires à laquelle les populations font face depuis quelques mois, le bout du tunnel n’est pas pour demain. Le Pr. Thiery Alavo alerte sur une baisse du rendement de maïs. Professeur Titulaire en Entomologie, science des insectes de l’Université d’Abomey-Calavi, l’Expert a fait savoir à quoi devaient s’attendre les populations dans les prochains jours en ce qui concerne la disponibilité du maïs.

Lire aussi : Savalou : 03 morts dans un accident après l’éclatement du pneu d’un véhicule

Selon lui, « … la saison de cette année est gâtée. Parce qu’avec quatre semaines de retard pour les pluies, et l’attaque des ravageurs, le rendement va considérablement baisser. Nous devons nous attendre à avoir plus de problèmes dans les six ou neuf mois à venir ». C’était à la faveur de l’émission Actu-Matin sur Canal3, mercredi 7 juillet dernier.

Lire aussi : Criet : un espagnol prend 15 ans de prison ferme pour trafic de drogues

Des propositions de sortie …

Confronté à cette situation angoissante et considérant la cherté des denrées alimentaires à laquelle les populations font face, le Professeur Titulaire en Entomologie, science des insectes de l’Université d’Abomey-Calavi fait des propositions concrètes. Il affirme que « Nous avons beaucoup de variétés (maïs, ndlr) au Bénin. Mais, il y a probablement des variétés qui sont susceptibles que d’autres. Il y en a qui vont peut-être plus résister. J’ai lu dans des publications scientifiques que le maïs jaune doux est facilement plus attaqué que les autres variétés (...) qu’on conduise des programmes de recherche pour évaluer, parmi les variétés de maïs qui existent au Bénin, lesquelles peuvent mieux supporter ».



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook