Bénin

Depuis Paris, Soglo s'adresse à Patrice Talon après la libération de 30 détenus par la Criet

L’investigateur 30/07/2022 à 00:28

Nicéphore Dieudonné SOGLO
Ancien Président de la République
Cotonou

Message du Président Nicephore
Dieudonné SOGLO

à l’occasion
de la fête
de l’indépendance édition 2022

Paris, le 29 juillet 2022

Chers compatriotes, il est de mon devoir de m’adresser à vous, à l’occasion de la fête de l’indépendance que nous célébrons depuis le 1er août 1960 malgré une interruption momentanée au cours des années sombres de la Révolution.
Il s’agit, en principe, d’un moment solennel de solidarité et d’engagement vis-à-vis de la Nation.

Mais vous n’êtes pas sans savoir que le pays traverse une période difficile de sa marche vers la liberté et la démocratie. Chacun est appelé à se départir de ses considérations personnelles pour qu’on aille ensemble vers l’horizon fixé par la Conférence nationale de février 1990.

C’est le lieu de vous rappeler que le 13 février 2022, le Chef de l’État, Patrice TALON m’avait rendu visite à mon domicile et m’a fait la promesse d’agir désormais pour la décrispation. J’avais donné mon consentement à cette démarche, tout en demandant la fin des actes attentatoires à la paix et au consensus national. Mes recommandations étaient :
1- l’organisation des offices religieux en la mémoire de toutes les victimes des tensions politiques de ces dernières années ;
2- la libération des personnalités et acteurs politiques emprisonnés en marge de ces tensions ;
3- l’établissement d’un climat favorable au retour au pays des exilés ;
4- l’instauration d’un meilleur environnement pour les hommes d’affaires béninois dans leur propre pays (car ce sont eux les créateurs de richesse et les pourvoyeurs d’emploi).

Afin de concrétiser la nouvelle dynamique, j’ai accepté de me rendre au Palais de la Marina pour assister à la cérémonie de retour au pays de nos vestiges culturels tout en rappelant les engagements après l’euphorie des retrouvailles. C’était le 19 février dernier, date symbolique dans l’histoire du Bénin qui consacre le jour de l’ouverture des travaux de la Conférence nationale de février 1900.

A l’occasion de notre fête nationale, je pourrais dire que la situation à sensiblement évoluée. Sous réserve de la libération des autres personnalités et actueurs politiques encore en prison dont les plus emblématiques, le ministre Reckya MADOUGOU, le professeur Joël AÏVO, le syndicaliste Laurent METOGNON et consorts, je me réjouis de la libération d’un certain nombre d’entre eux et leur retour dans leur famille respective.
Il est à déplorer, cependant, les provocations à l’endroit de l’homme d’affaires Sébastien AJAVON et sa famille.

Néanmoins j’exhorte toutes les Béninoises et tous les Béninois à la patience et à la détermination afin que tous les coeurs soient apaisés.

Pour ma part, je voudrais remercier tous ceux qui oeuvrent de près ou de loin pour cette marche vers le retour de la concorde nationale.

Je ne marchanderai pas ma disponibilité. La légitimité appartient au peuple. Les uns et les autres ont intérêt à la respecter. Notre peuple ne saurait accepter aucune tentative de manipulation ou d’imposture.

Bonne fête nationale à toutes et à tous.

Vive la démocratie
Vive le Bénin
Je vous remercie

Nicéphore D. SOGLO
Ancien Président de la République
Ancien Maire de la ville de Cotonou
Vice-Président du Forum des Anciens Chefs d’Etats et de Gouvernements d’Afrique,
Créé en 2006 à Maputo sous le haut patronage de Nelson MANDELA



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer