Bénin

Madougou : sa défense travaille le personnel politique en France et entend saisir les juridictions internationales

L’investigateur 16/03/2021 à 19:29

L’affaire Réckya Madougou continue d’égrener son chapelet en attendant la décision de la condamnation ou non de l’ancienne ministre de la justice de Boni Yayi par le juge en charge du dossier.

Lire aussi : Bénin  : le Major-Général Dagvin R. M. Anderson échange avec Talon sur la lutte contre le terrorisme

Si dans une lettre adressée à ses avocats, Réckya Madougou reconnaît avoir transmis à Georges Sacca la bagatelle somme de 15 millions Fcfa, il faut aussi reconnaître que cette somme selon ses déclarations, est destinée plutôt à la mobilisation de sa campagne électorale. Epinglée par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), l’ancienne Conseillère spéciale du président togolais Faure Gnassingbé a balaiyé du revers de main, les accusations du procureur spécial de la CRIET, Mario Mètonou.

Lire aussi : Atacora-karité  : des femmes reçoivent du matériel de ramassage et de transformation

Selon Jeune Afrique, sa défense envisage saisir les judiciaires internationales pour que le dossier soit traité équitablement et que les droits de sa cliente soient également respectés. La preuve, l’ancienne Directrice du Fonds National de Microcrédits (FNM) a commis pour sa défense, un collège d’avocats. Me Renaud Agbodjo ; Me Nadine Dossou, deux avocats Béninois, a aussi sollicité un avocat Français, Me Mario Stasi.
Dans les tâches réparties en effet, l’avocat français se chargera de travailler à sensibiliser les médias internationaux à la situation de l’ancienne ministre du Bénin d’une part, et intercéder auprès du personnel politique en France, tout en prenant le soin de mener la bataille devant les instances judiciaires internationales d’autre part. « La défense de Réckya Madougou veut porter l’affaire devant les instances judiciaires sous-régionales et régionales ».

Lire aussi : Atacora-karité : des femmes reçoivent du matériel de ramassage et de transformation

Arrêtée le 03 mars 2021 à la descente du pont de Porto-Novo après un meeting du Front pour la restauration de la Démocratie (FRD), Réckya Madougou a été gardée à vue à la Brigade criminelle. Par la suite, elle a été présentée deux fois au procureur spécial près la CRIET qui l’inculpe pour « financement du terrorisme », c’était le vendredi 5 mars. En détention provisoire à la prison civile d’Akpro-Missérété, elle y est toujours gardée.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook