Actualité

Mali : Goïta cherche un emprunt de 30 milliards sur le marché sans solution, les détails

L’investigateur 13/01/2022 à 13:54

Certes le Mali cherche à surmonter les problèmes économiques engendrés par les sanctions de la CEDEAO, mais il peine déjà à y arriver. Selon Rfi, les autorités maliennes devraient lever dans les jours à venir, un emprunt de 30 milliards sur le marché financier. Seulement, compte tenu des sanctions prononcées contre elles, la junte au pouvoir est stoppée dans ses élans.

En effet, depuis lundi 10 janvier, l’État du Mali n’a plus accès à la Banque centrale de l’Uemoa ni à ses propres avoirs qui y sont conservés. Pire, dans le pays, les banques n’ont plus la possibilité de demander des financements à la Banque centrale comme elles le font quotidiennement.

| Lire aussi : CEDEAO : Gbagbo soutient le Mali contre les sanctions de l’instance sous-régionale

Dès lors, on convient que malgré les réserves du Trésor malien, le pays ne tiendra pas longtemps en autarcie financière. Gel des avoirs, interdiction des transactions financières, blocus des frontières sauf pour les produits essentiels et les produits pharmaceutiques, le Mali est sous le coup de sanctions aussi dures qu’inédites. Dans le pays, certains voient avec inquiétude la situation économique se dégrader rapidement, tandis que d’autres réfléchissent à la façon de contourner légalement l’embargo de la Cédéao.

| Lire aussi : Conseil des ministres : les grandes décisions de ce mercredi 12 janvier

« Aujourd’hui, les banques ne sont approvisionnées que lorsqu’elles justifient que le décaissement demandé à la BCEAO est destiné à financer les exceptions édictées dans les sanctions de la BCEAO », explique Etienne Fakaba Sissoko, économiste au Centre de recherche, d’analyses politiques, économiques et sociales du Mali, le Crapes rapporté par le média français.

| Lire aussi : Bénin : 15 milliards de FCFA prévus pour financer deux (02) projets, lire les détails

« Nous avons la possibilité d’un point de vue des liquidités de tenir un mois. Au-delà de deux, c’est intenable », ajoute-t-il. Dans ce contexte, le Mali cherche à lever 30 milliards FCFA sur le marché financier sans y parvenir.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook