Actualité

Ministère du commerce : la revue mitigée du PTA au 30 juin 2021 doit être améliorée

L’investigateur 14/07/2021 à 18:49

La salle VIP du Ministère de l’Industrie et du Commerce (MIC) a accueilli, ce mardi 13 juillet 2021, la Revue au 30 juin du Plan de travail annuel (PTA) dudit ministère. Lancé par la Ministre Alimatou Shadiya ASSOUMAN, cet atelier a permis de faire le point de l’exécution des différents programmes, et surtout d’envisager les voies et moyens pour atteindre les objectifs fixés.

« Comparer les prévisions aux réalisations pour déterminer les écarts, apprécier les niveaux d’exécution physique et financière du PTA au 30 juin 2021, identifier les difficultés rencontrées et les mesures correctives qui s’imposent de manière à améliorer le processus de mise en œuvre du PTA 2021… ». Voilà les principaux objectifs que la Revue à mi-parcours de l’exécution du Plan de travail annuel (PTA) du MIC, tenue ce mardi 13 juillet 2021, se sont assignés.


« Des efforts restent à faire »

C’est Madame Alimatou Shadiya ASSOUMAN, Ministre de l’Industrie et du Commerce (MIC), qui a officiellement ouvert les travaux. A l’en croire, « au-delà de son caractère d’échanges, de partage d’expériences et d’analyse au plan intellectuel, le présent atelier vise à rendre compte aux différentes parties prenantes, pour l’essentiel, de la performance du ministère… C’est un creuset qui permet d’une part, de comprendre pourquoi et dans quelle mesure les résultats attendus sont obtenus ou pas et, d’autre part, d’informer les autorités et autres parties prenantes sur la performance du ministère… ». Toutefois, la Ministre ASSOUMAN a insisté sur les efforts qui restent à faire en vue de l’obtention des résultats attendus pour l’année 2021.

Une vue de participants

Mais avant, le Directeur de la Programmation et de la Prospective (DPP), a estimé que ce rendez-vous périodique est important puisqu’il permet, au moyens d’échanges, de tirer des conclusions utiles et de rectifier ce qui peut encore l’être. Marcel HOUNKONNOU a loué le leadership de la Ministre de l’Industrie et du Commerce qui n’a jamais marchandé son soutien, et a toujours travaillé à l’encadrement du processus jusqu’à son terme. Gage de partage de sa vision avec ses collaborateurs pour une meilleure gestion des fonds mis à disposition par le Gouvernement.

Au cours des présentations et échanges conduits par Amzat SALAMI, Secrétaire général du Ministère, il est clairement établi que les performances ne sont pas extraordinaires. Même si une légère amélioration est observée au regard du taux réalisé à la même période du 30 juin 2020.
En clair, le MIC enregistre un taux d’exécution physique légèrement au-dessus de celui enregistré à la même période sous revue en 2020, soit 28,12% contre 25,31%. Les programmes Industrie et Commerce ont amélioré légèrement leur taux d’exécution en affichant respectivement des taux d’exécution physique de 28,74% et 30,48% contre respectivement 26,60% et 24,72% au 30 juin 2020. Dans le même temps, le Programme Pilotage et Soutien aux Services enregistre un taux inférieur à celui enregistré au 30 juin 2020.

Des difficultés à vite maîtriser

Pour le taux d’exécution financière, il est de 30,14% (base engagement) et 23,74% (base ordonnancement) contre respectivement 29,07% et 17,17% à la même période en 2020. Comparativement au 30 juin 2020, on note une légère amélioration au niveau du taux d’exécution base ordonnancement. Le programme Pilotage et Soutien aux Services du MIC vient en tête en termes de consommation : engagement 38,96% et ordonnancement 29,42% contre respectivement 34,06% et 13,97% au 30 juin 2020. Le Programme Industrie enregistre le faible taux d’exécution base ordonnancement (17,64%).

et les participants à l’atelier

Selon les explications de Marcel HOUNKONNOU, Directeur de la Programmation et de la Prospective (DPP) et les présentations des différents Dicteurs centraux, la plupart des difficultés enregistrées au cours du premier semestre 2021sont dues à des raisons évidentes. Notamment « l’insuffisance de disponibilité de l’énergie électrique suite à l’incendie survenue en septembre 2020, l’absence de serveur pouvant permettre de gérer les accès à internet, le manque de bureaux pouvant abriter la documentation et l’accueil de ses usagers, l’absence de bureaux d’accueil des usagers pour le compte du Service des Relations avec les Usagers, la non disponibilité d’une ligne de crédit pouvant permettre la maintenance des lignes téléphoniques internes etc. en conséquence, les taux restent très faibles et les bouchées doubles doivent être mises afin que les prévisions soient atteintes à la fin de l’année 2021.
Rappelons que le Ministère de l’Industrie et du Commerce a trois programmes (Pilotage et Soutien aux Services, Industrie et Commerce). Il est doté cette année 2021 d’un budget global de 2.870.694.000 F.CFA (hors Dépenses de Personnel) contre 2 826 324 000 FCFA en 2020.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook