Bénin

Palais d'Abomey : pour une année 2022 paisible, le Fâ met les gouvernants en garde

L’investigateur 13/12/2021 à 10:13

Au cours de la grande cérémonie qui s’est déroulée à Houehoundji ce samedi, le FA a fait des révélations sur l’année 2022. Sous la direction de Dada Kêfa, Roi du Danxomè, plusieurs personnalités ont assisté à la consultation des Boconons représentés par Daah Djissa Houétchénou Togbédji Gbégnon Dègan.

La consultation du FA sur le Benin pour l’année 2022 est faite et les signes sont connus. Le Benin va rentrer dans l’année 2022 avec la paix et la tranquillité. Dans l’ensemble, le Houefa est bon, mais le FA rappelle nos gouvernants à l’ordre sur plusieurs de leurs comportements.

Pour Dah Djissa Houétchénou Togbédji Gbégnon, trois grands signes sont apparus après la consultation : AKLAN DO ABLA qui est le signe principal, Toula Gbogli (signe du cauris) et enfin Houinlin Tchogbé sur le Adji. Des signes qui selon les interprétations des prêtres du FA demandent que les Béninois prennent tout au sérieux. Le FA demande aux dirigeants d’être sincères avec le peuple. << Il faut que tous ceux qui dirigent notre pays soient attentifs parce qu’il y a un coup qui se prépare>>, selon le FA pour qui, les enfants du pays sont mécontents et se préparent à le manifester.

| Lire aussi : ABPF : les conseils du maire de Toviklin aux jeunes volontaires

| Lire aussi : Bénin : les enfants font une demande à Talon dans le cadre de la 26è édition de la JIPH


Des souffrances voilées

Selon le FA, la grande majorité ses enfants du pays pleurent. A défaut de manifester pour faire savoir ce qu’ils endurent aux gouvernants, ils se cachent pour pleurer parce qu’ils se sentent briser. Des complots se préparent contre certaines personnes et seul, le Chef de l’Etat peut nous délivrer du mal ou du drame que nous réserve l’année 2022.

Le FA demande alors de faire des offrandes pour conjurer le mauvais sort. Nous devons avoir la crainte de Dieu selon les prêtres du FA. << Nous devons finir avec les pleures des populations parce que les larmes qui coulent ne sont pas un bon signe pour la Nation>>, a laissé entendre Daah Djissa. Le FA a vu un Bénin des tiraillements, des frères qui s’affrontent, qui se détruisent.
Pour éviter ce Waxala, il demande au peuple de se donner la main, de pardonner son prochain si on veut avoir une année 2022 paisible.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook