Bénin

RLC : fin de l’idylle entre Kohoué-Agossa ? Les non-dits de l’absence du 1er au congrès du second

Judicaël C. GBETO 16/06/2021 à 08:24

Candidats aux récentes élections présidentielles avec comme colistier, un certain Irenée Agossa, l’ex-préfet du Mono, Corentin Kohoué, n’a pas cru devoir se rendre au congrès de création du parti de son ami politique. Les éclaircissements de l’ex-patron de la Sonacop SA restent peu convaincants.

Seulement deux mois après la présidentielle, Irénée Agossa crée son propre parti politique. C’est le samedi 12 juin dernier, qu’a choisi l’homme pour porter sur les fonts baptismaux, le parti Restaurer la Confiance (RLC). Présents à cette assemblée, des amis et autres désormais membres du bureau politique du nouveau-né.

La surprise est venue du côté du colistier du numéro de ce parti. Corentin Kohoué avait brillé par son absence à ce congrès constitutif. On comprend qu’il ne soit pas intéressé par cette transformation de leur mouvement en parti politique, comme son allié politique l’a dit, mais ce n’est pourtant pas une raison pour s’absenter de la sorte.
Sans message de soutien, sans aucune autre forme de justificatif. Le fait qu’il ne figurait également pas dans le bureau exécutif de la nouvelle formation politique est totalement compréhensible. Mais les amis ne se lâchent pas, dit-on. Même en simple invité, c’était encore faisable…

Les non-dits de l’absence de l’ancien directeur de la SBEE

Les populations attendaient de Irénée Agossa des éclaircissements beaucoup plus convaincants et capables de faire taire les polémiques. Mais au lieu de ça, c’est à un simple « Il ne voulait pas poursuivre l’aventure » qu’elles ont eu droit. En effet, La Nouvelle Tribune rapporte que, selon Pour Iréné Agossa, joint au téléphone par le Journal Matin Libre au sujet de l’ancien de Corentin Kohoué au meeting, il n’en est rien. Il a expliqué aux confrères qu’il n’y avait aucun différend, aucune incompréhension entre Corentin Kohoué et lui. Seulement, l’ancien préfet du Mono ne voulait pas poursuivre l’aventure jusqu’à la création d’un parti politique. Un argumentaire à priori juste, et trop léger.

Selon les informations de l’Investigateur, cette défection à bien des raisons. Sinon, difficile de comprendre que Corentin Kohoué qui a souscrit au projet de participation à la présidentielle ; ce qui constitue une trahison envers son ancienne formation, Les Démocrates, veuille s’arrêter en si bon chemin.

En revanche, la présence des deux à la présidentielle du dimanche 11 avril, ce qui a été une surprise, est un projet porté par l’ancien directeur général de la SONACOP, informent les mêmes sources. Donc pour formaliser son projet, est-ce qu’il en a fait une affaire personnelle ? Le choix du président du nouveau parti en gestation a-t-il été à l’origine de ce qui peut être considéré comme pomme de discorde entre deux personnalités qui j’usqu’à hier, s’entendaient à merveille ?

M. Corentin Kohoué qui a accepté le deal au départ, sans pour autant connaître les vrais tenants et les aboutissants se sent-il roulé dans la farine ? A-t-il désormais envie de retourner chez Les Démocrates ? Ou chez son ancien mentor Bruno Amoussou ou carrément faire le deuil de la politique ?
D’une manière ou d’une autre, son coup avec son colistier à la présidentielle, semble-t-il, a foiré et l’idylle entre les « deux compagnons d’infortune », n’a duré que le temps d’un feu de paille.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook