Présidentielle 2021

Talon : ce que Benoît Illassa pense de sa candidature, lire les détails

L’investigateur 17/02/2021 à 19:26

Dans un post que voici publié sur les réseaux sociaux, Benoît Illassa, ancien ambassadeur du Bénin auprès de l’Organisation internationale de la francophonie, proche collaborateur du Régime, opine sur la candidature de Patrice Talon.

Patrice TALON, le plus grand réformateur que le Bénin ait jamais connu depuis les indépendances mérite de continuer le job pour un second mandat !!!

Par Benoît ILLASSA

« On ne change et ne réforme pas les Etats avec une conduite molle ; il faut des mesures extraordinaires et de la vigueur ». Napoléon Bonaparte

Lire aussi : Parrainage  : Koty évoque un dialogue de sourds entre son parti et les blocs de la mouvance

Très courageusement, le Président Patrice TALON a entamé des réformes de fond dans tous les secteurs de la société béninoise. Sur le plan politique, tous les groupuscules anarcho-gauchistes qui le traitent aujourd’hui de dictateur sont ceux-là même qui avaient rejeté l’historique Conférence Nationale des Forces vives de la Nation de février 1990. Les mêmes ont appelé au rejet de la Constitution du 11 décembre 1990. Aujourd’hui, les mêmes rejettent la réforme de la Constitution opérée en 2019 alors que le constituant de 1990 a prévu les modalités de la réforme de la loi fondamentale. De quelle dictature parlent-ils alors ?

La Constitution française de 1958 a été révisée plusieurs fois. Même la Constitution de la plus vieille démocratie au monde, les Etats Unis d’Amérique, de 1787 a été révisée plusieurs fois par des Amendements. La réforme du système partisan entreprise au Bénin était attendue et elle l’a été par le constituant dérivé. Les mêmes opposants sans leaders charismatiques et sans vision prospective sont allés aux élections municipales et locales avec les dispositions légales désormais en vigueur. Mieux, ils ont accompli les démarches nécessaires pour obtenir leurs récépissés et sont prêts à participer au scrutin présidentiel du 11 avril 2021où on annonce déjà une vingtaine de candidatures. Ce qui témoigne, au demeurant, de la vitalité de la démocratie béninoise.

Lire aussi : Madougou  : la candidate des Démocrates saisit la Cour constitutionnelle

Au Bénin, les opposants sont libres de leurs opinions et ils ne s’en privent pas. La presse est libre et les citoyens sont libres d’aller et venir sur toute l’étendue du territoire national. Les lois de la République garantissent la protection et la jouissance de la propriété privée. Dans ces conditions, où se trouve alors la dictature du Président Patrice TALON ?

En 1989, la Chine a sévèrement réprimé les manifestations de la place Tian’anmen. Elle est pourtant aujourd’hui la première puissance industrielle du monde. Quel pays du monde aujourd’hui peut refuser de commercer avec le grand dragon ? Au Bénin, ceux qui parlent de dictature sont des anarchistes compradore nostalgiques des pratiques passées peu glorieuses pour leurs auteurs. En toutes circonstances, force doit rester à la loi. Dura lex, sed lex !!!

En seulement cinq ans et une mandature, Patrice TALON et son gouvernement ont réussi des prouesses et obtenu des résultats dans tous les secteurs de la vie économique, sociale et politique de notre pays, le Bénin.

Lire aussi : Enseignement maternel  : 34 enseignants mutés pour diverses raisons

Il ne s’agit pas ici de faire un inventaire à la Prévert mais de mettre l’accent sur les grands résultats obtenus.
Au niveau économique, le jeune et brillant ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni, probablement le meilleur d’entre nous tous, a opéré des réformes substantielles dans son secteur qui ont impacté tous les ministères sectoriels. Dès la formation du premier gouvernement, des réformes ont été faites pour réduire le train de vie de l’Etat. C’est la création de l’Agence Nationale des Voyages Officiels, la réduction des missions non indispensables, la suppression des frais de mission opaques, la création du fichier des Agents Permanents de l’Etat, la structuration de la chaîne des dépenses publiques et la rationalisation des finances publiques. Toutes ces réformes ont permis à ses pairs africains de le désigner meilleur MFE du continent. La dématérialisation est en cours avec des résultats probants.
Plus récemment, avec son eurobond de un milliard d’euros, le Bénin prouve la solidité de son économie et la confiance des institutions financières internationales, malgré la récession économique mondiale et la crise liée à la pandémie du Covid-19.

En matière économique, tous les indicateurs sont au vert. Pourquoi donc arrêter le train en si bon chemin ? C’est pourquoi nous appelons tous les béninois à renouveler le bail du Président Patrice TALON. En effet, pour partager ce que d’aucuns appellent le gâteau national, il faut d’abord élargir l’assiette. La redistribution souhaitable ne viendra que de surcroît.

Lire aussi : Rejet de candidatures  : le point de vue de Yannick Dossou et son colistier

En matière sécuritaire, la fusion de la gendarmerie avec la police s’est avérée judicieuse. Malgré l’insécurité qui sévit dans les pays de la sous-région, le Bénin est épargné sous le leadership du Président de la République. Mieux, la période de la fête de fin d’année qui profite généralement aux bandits de grands chemins s’est déroulée l’année dernière dans une accalmie qui force l’admiration des forces de défense et de sécurité. La revalorisation de leurs salaires, l’amélioration du système de prévoyance et l’octroi des moyens roulants fera l’objet d’une attention particulière au cours du second mandat.

Lire aussi : Parrainage  : Koty évoque un dialogue de sourds entre son parti et les blocs de la mouvance

Au niveau de l’urbanisme, l’asphaltage des rues des grandes villes de notre pays sont le témoignage éloquent de la politique axée sur les résultats de nos gouvernants. Cotonou, Porto-Novo, Abomey, Parakou, etc. brillent désormais sous le regard attrayant des populations à la base. L’aéroport international Cardinal Bernadin GANTIN est en travaux de grande ampleur jamais entrepris depuis sa création. Toutes ces infrastructures prouvent la volonté du Président Patrice TALON de rendre notre pays attrayant pour tous les visiteurs et le tourisme.

Depuis l’arrivée du Nouveau Départ au pouvoir, le délestage est conjugué au passé pour le bonheur des populations et des entreprises. Les réformes toujours en cours dans ce secteur stratégique pour l’économie nationale montrent déjà leur efficacité à court, moyen et long terne. Le second mandat permettra de faire un bond qualitatif et quantitatif en avant.

Lire aussi : Madougou  : la candidate des ‘’Démocrates’’ victime de son absence du bureau politique ?

Dans le domaine de la santé, le Bénin a été pionnier dans la lutte contre les faux médicaments. Les autorités de notre pays ont été les premières a anticipé les contrôles aux frontières pour endiguer la pandémie mondiale du Covid-19. Les autorités françaises viennent d’emboîter le pas au Bénin en instaurant les contrôles aux frontières. Beaucoup de réformes ont été engagées dans ce secteur pour rendre effectif la prise en charge des malades les plus pauvres et mettre hors d’état de nuire les praticiens indélicats.

En matière agricole, le Bénin est redevenu le premier producteur du coton en Afrique. Les secteurs de l’agriculture vivrière sont en pleine extension et développement. Le Bénin est désormais autosuffisant dans les secteurs de l’aviculture et l’halieutique. La réforme du secteur du cajou préfigure un changement radical pour booster cette production et générer des revenus décents aux producteurs et réduire la pauvreté.

Il n’y a pas de justice sociale sans la même justice pour tous les justiciables. La création de nouveaux tribunaux et surtout la création de la CRIET (Cour de Répression des Infractions Economiques et le Terrorisme) a permis de faire rendre gorge à tous les pilleurs de l’économie nationale. Désormais, nul n’est à l’abri des poursuites judiciaires en République du Bénin. C’est là l’une des inventions majeures du Président sortant.

Lire aussi : Borgou  : 02 hommes arrêtés avec des armes et des munitions à Parakou

Toutes ces réformes, non exhaustives, montre que le chemin parcouru est très important, significatif, intéressant et mérite d’être poursuivi.

Nous reviendrons prochainement pour compléter le reste des réalisations du P.A.G. (Programme d’Action du Gouvernement).

Le 11 avril 2021,

Votons utile,

Votons la continuité,

Votons
Patrice TALON

Benoît ILLASSA
Ambassadeur




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook