Bénin

Talon : son idée sur la gent féminine, selon les femmes du parti, Les Démocrates

L’investigateur 9/03/2021 à 11:44

Les femmes du parti de l’opposition, Les Démocrates ont célébré, hier lundi 08 mars, la journée internationale de la femme (Jif) comme leurs homologues d’ailleurs. Une occasion qu’elles ont choisie pour délivrer un message à l’endroit des dirigeants.

Le message délivré par les femmes du parti, Les Démocrates à l’occasion de la journée internationale de la femme (Jif) est sans ambages.

Lire aussi : Madougou  : le Secrétariat général des affaires féminines de son parti exige sa remise en liberté

D’entrée, elles ont fait comprendre que le choix de leur candidate recalée, Madame Réckya Madougou dans le cadre des élections du 11 avril prochain a été motivée par l’envie du parti d’inverser la tendance et donner à la femme, le possibilité d’être à la première loge en matière de prise de décision. « Certes, dans le passé, des femmes de qualité ont été candidates mais c’est bien la première fois qu’un grand parti prend le pari de relever le défi de la promotion de la femme afin que la moitié du ciel comme le disait le Président MAO ne soit abandonnée dans le développement de la Cité », a déclaré leur porte-parole.

Lire aussi : Moïse Kérékou : l’ex-ambassadeur célèbre Madougou en prison, lire les détails

Sauf que cette perception ne prospèrera point dans la mesure où leur candidate a été recalée. Pire, elle a été interpellée et se retrouve désormais en détention provisoire à la prison civile d’Akpro-Missérété. Ce qui motive ces homologues du parti à accuser à tort ou à raison, le pouvoir d’être à l’origine de ses malheurs.

Les femmes du parti, Les Démocrates au cours de la célébration de la JIF

En effet, c’est ce que voudra insinuer cette portion de leur déclaration où elles estiment que « le président Patrice Talon conçoit que la femme doit rester dans son coin et jouer les seconds rôles, en somme « SOIS BELLE ET TAIS-TOI ».
Toutefois, il reconnaître que les autorités sont montées au créneau, le ministre Alain Orounla porte-parole du gouvernement pour réfuter la thèse d’une chasse aux sorcières.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook