Bénin

Talon sur les libertés : un proche de Yayi lui notifie l’écart entre sa bonne intention et les actes

L’investigateur 26/05/2021 à 13:37

L’investiture du président Patrice Talon reste toujours d’actualité. Surtout son discours qui a attiré l’attention d’Eugène Azatassou du parti, Les Démocrates, et il en parle à travers une tribune.

En effet, par le truchement de sa tribune, l’ancien coordonnateur de la Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), Eugène Azatassou est allé de son ironie pour peindre en noir, les propos du président sur les libertés.

Lire aussi : Bénin : un autre recrutement envisagé à la santé, lire les détails

A en croie son texte, le discours du chef de l’Etat contraste avec la réalité.
En déclarant au cours de son investiture le dimanche 23 mai au stade Charles de Gaulle que « … notre engagement commun sera d’œuvrer à consolider la démocratie et les libertés, puis instaurer durablement la bonne gouvernance, gage de réalisation de toutes nos ambitions. », Patrice ne s’est pas rendu compte, peut-être que les actes posés par son gouvernement, sont aux antipodes de sa déclaration, selon Eugène Azatassou.

Dans une ironie dont il a seul le secret, l’ancien coordonateur de la Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), a replacé selon sa lecture de l’actualité nationale, les propos du président dans le contexte actuel pour tirer sa conclusion.

Lire aussi : Talon : 02 nouvelles exigences de ses opposants de la diaspora qui ont manifesté hier

Parlant de la déclaration du chef de l’Etat, Eugène Azatassou écrit : « Il aime tellement la liberté qu’il voudrait l’inscrire dans notre devise aux cotés de la démocratie et de la bonne gouvernance et c’est certainement cette considération pour les libertés qui fait que les prisons sont remplies de détenus politiques, de nombreux compatriotes sont exilés pour leur position politique… ».
Visiblement Eugène Azatassou fait allusion aux proches de l’opposition visés par la justice dans les violences préélectorales et mis aux arrêts. Sans oublier ceux qui ont pris leurs jambes à leur cou parce qu’ils ont maille à partir avec la justice et qui se retrouvent certains en France et d’autres aux Etats-Unis.

Lire aussi : Correction du Bepc : les modalités de choix des surveillants et membres des jurys, définies par la DEC

Dans la même tribune, l’ancien Coordonnateur Fcbe a clarifié que son décryptage du discours du chef de l’Etat a été fait sans sa casquette de Vice-président de Les Démocrates, mais pour satisfaire la curiosité des médias qui le sollicitent.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook