Bénin

Abomey-Calavi : une mineure et sa famille menacées pour avoir dénoncé un violeur

L’investigateur 16/09/2021 à 19:18

Une menace plane sur une jeune fille âgée de 16 ans, élève en classe de 4ème et sa famille pour avoir dénoncé l’auteur du viol sur la mineure. Cela s’est passé dans la commune d’Abomey-Calavi.

Selon les informations rapportées par l’ONG FND, la famille en veut à la jeune mineure de 16 ans et ses parents pour avoir dénoncé leur garçon, désormais déposé en prison. Or en Mai 2021, la famille de ceux qui menacent actuellement en avait fait autant quand il s’était agi du cas d’un meunier de 40 ans, qui a violé leur fille de 11 ans à Zinvié dans la même commune.

« En Juin dernier lors d’une visite domiciliaire que nous avons effectuée chez Innoncentia (prénom d’emprunt) cette jeune élève en classe de 4ème à Zinvié (Abomey-calavi) et victime de viol en Octobre 2020, elle nous informait qu’elle n’a pu valider l’année scolaire parce qu’à un moment donné, elle ne pouvait plus suivre les cours ni étudier à cause des menaces grandissantes », raconte l’ONG.
Après l’arrestation de son violeur, à en croire la responsable de l’ONG, la mineure de 16 ans est accablée d’injures et de menaces de tous genres au point qu’elle a envie de quitter le village où elle vit avec sa famille.

| Lire aussi : Bénin : retour sur la mission assignée à l’Office des services de volontariat, désormais dissout

| Lire aussi : Bénin : voici les nominations prononcées en Conseil des ministres de ce mercredi

Actuellement, la jeune fille ne veut plus rester dans le village et appelle à l’aide : « En Juillet 2021, suite à une convocation que le tribunal nous avait envoyé dans le cadre de la procédure en cours pour son dossier, nous sommes retrouvés devant le tribunal. Elle se jeta dans nos bras en pleurs et dit : « Tata Hélèna, s’il te plait, sors moi de ce village si tu veux que je reprenne les classes. Je ne peux plus continuer à vivre dans ce village. Mes parents ont dit n’avoir nulle part où m’envoyer. Toi, ne me laisse pas s’il te plait ! Aide-moi ! » Nous lui avions promis d’y réfléchir », a-t-elle ajouté.
Impuissante pour l’instant, l’Ong Famille Nutrition Et Developpement (Fnd) appelle les bonnes volontés au secours. Mieux, le ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook