Présidentielle 2021

Allossohoun : le député invite les candidats de l'opposition à se rapprocher des parrains

L’investigateur 10/01/2021 à 21:43

Reçu sur Canal3 Bénin ce dimanche, le député de l’Union Progressiste, Richard Allossohoun a fait le tour de l’actualité nationale. Profitant de l’occasion, il a invité dans le cadre de l’élection présidentielle, les candidats de l’opposition à se rapprocher des parrains.

Le parrainage à l’élection d’avril 2021 polarise les attentions et les candidats de l’opposition en l’occurrence se font peur. Mais en réalité, cette peur devrait être dissipée dans la mesure où la mouvance est prête pour la pluralité des candidatures au cours de la compétition.
Déjà en tournée dans les communes, le chef de fil de la mouvance, Patrice Talon avait donné le top. A en croire le président de la République, « l’élection d’avril prochain sera une fête de la démocratie ».

Lire aussi : Fête du vodoun : l’intégralité du message de Talon aux gardiens de la tradition

Un discours qui concorde avec les propos des parrains.
La preuve sur Canal3 Bénin ce dimanche, le député de l’Union Progressiste, Richard Allossohoun l’a réitéré. Très surpris de l’attitude des candidats qui traînent les pas, le député a manifesté son étonnement. « Jusque là, je n’ai vu aucun candidat se rapprocher de moi pour avoir mon parrainage », a déclaré le député de la 11ème circonscription électorale. Dans le même ordre d’idée, il poursuit : « La compétition aura lieu. Le chef de l’État l’a dit et les candidats sont libres d’aller vers les parrains », a-t-il rajouté.

Lire aussi : Collines  : un début d’incendie maîtrisé à JECO HÔTEL de Dassa

Certes pour nuancer ses propos, l’élu du peuple dira que « La seule chose qui peut le convaincre, est le projet de société du candidat. »
Mais plus de doute néanmoins. « Je peux parrainer un candidat sans pour autant faire campagne pour lui. Dans le contexte actuel, nous ne pouvons que soutenir tous ceux qui souhaitent être candidats », a dit l’honorable Richard Allossohoun.

Rappelons que dans le contexte de l’élection présidentielle, le nouveau code électoral exige des candidats 16 parrains (députés ou maires). Mais dans la configuration actuelle de l’Assemblée nationale, les opposants craignent du fait qu’ils n’avaient pas pu participer aux législatives d’avril 2019.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook