Actualités

Amour et déception : Après une rupture brutale, il publie les vidéos intimes de sa copine sur la toile

Floride Agamma 19/05/2024 à 00:46

Incapable de gérer sa déception amoureuse, un jeune homme a envoyé sous l’effet de la colère et par jalousie, des nudes de son ex à sa belle-mère. La suite, il s’est retrouvé en prison, d’après les informations publiées, vendredi 17 mai 2024, par la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité de la Côte d’Ivoire.

Dans les détails rapportés, D.E.A., une jeune fille, rencontre B.B.A. via les réseaux sociaux. Rapidement, ils sympathisent et échangent leurs numéros de téléphone, entamant ainsi une relation amoureuse virtuelle. Désireux de concrétiser leur relation, ils planifient une rencontre physique. Tout se passe bien jusqu’au jour où B.B.A. reçoit un appel anonyme lui annonçant que D.E.A. entretient une autre relation amoureuse en secret. Bouleversé, il confronte D.E.A., qui nie catégoriquement les accusations

Non convaincu par les explications de sa bien-aimée, l’amant poursuit ses investigations. Mais contre toute attente, sa copine va mettre fin à leur relation et rompt tout contact. À sa grande surprise, D.E.A. est informée par sa mère qu’elle a reçu des vidéos et des images compromettantes de sa nudité. Elle va porter alors plainte auprès de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité.

Les investigations menées par la PLCC et soutenues par le Laboratoire de criminalistique numérique (LCN), aboutissent à l’arrestation de B.B.A. Lors de son interrogatoire, il admet sans difficulté avoir publié ces contenus, expliquant avoir agi sous l’emprise de la colère et de la jalousie.

Interrogé sur la manière dont il a obtenu ces images et vidéos, il avoue les avoir enregistrées pendant leurs moments intimes. De plus, il ajoute qu’il n’a pas supporté leur rupture après avoir découvert en plus la nouvelle relation de sa présumée copine.

Sous le coup de la loi du numérique en vigueur en Côte d’Ivoire, il a été déféré au parquet pour la publication et menace de publication d’images à caractère sexuel sur Internet. Ses excuses pour le moment n’ont pas atténué la colère du juge.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook