Actualité

Bénin : les attentes de Azatassou après la rencontre entre Talon et les anciens présidents de l'Assemblée nationale

Rollis HOUESSOU 11/06/2022 à 12:59

Dans une interview accordée à un média ce vendredi, l’ancien cord9nateur de la Force cauris pour un benin Emergent (Fcbe), Eugène Azatassou a porté une opinion critique sur les rencontres qu’il y a eu entre le Président Patrice Talon et les anciens présidents d’institutions.

Le mercredi dernier, le président Patrice Talon a eu des échanges avec les anciens présidents des institutions de la République au palais de la Marina. Invité à se prononcer là-dessus, le vice-président du parti Les Démocrates, Eugène Azatassou pense que c’est une rencontre de plus. Pour lui, ce n’est pas pour la première fois que le chantre de la Rupture rencontre des personnalités à la veille des élections. "A chaque fois, le président de la République rencontre les présidents d’institutions et d’autres personnalités. Vous vous rappelez en 2019, il a rencontré les présidents d’institutions avec comme porte-parole le médiateur d’alors qui avait dit de continuer malgré tout.", En le disant, il fait allusion aux élections législatives exclusives de 2019 qui ont accouché d’une Assemblée nationale monocolore.

| Lire aussi : Guinée Bissau : l’Amle président limoge trois ministres au lendemain de leur nominationbassade des USA près le Bénin évalue son partenariat à mi-parcours avec le Projet ECHO

Loin d’être pessimiste, il espère tout de même. Il pense que pour cette fois-ci serait la bonne. " J’espère tout simplement que toutes ces personnalités y compris le président de la République lui-même, pourront avoir à cœur que les élections qui arrivent soient inclusives et réellement transparentes pour que nous continuons de vivre comme avant… Qu’on n’assiste pas au spectacle de 2019. Ce que nous attendons, c’est que ces personnalités s’accordent pour que les élections soient réellement inclusives et transparentes. C’est ce qu’on peut souhaiter", a-t-il déclaré. Il a par ailleurs indiqué que son parti avait émis certaines conditions parce que pour eux " c’est les conditions normales pour une élection transparente et apaisée", va-t-il conclure sur la question.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer