Actualité

Bénin : quand le soja fait courir opposants et soutiens à Patrice Talon

Appolinaire GOLOU 20/11/2023 à 12:28

D’un côté, les contempteurs ont retrouvé leurs voix de stentor, et de l’autre, les applaudisseurs ont embouché leur trompette pour le retour sur scène de manière sadique. Le Cheval de Troie tout trouvé, les pauvres paysans, producteurs de soja.

En manque de sensation, le soja, cultivé dans des régions du Bénin, offre l’occasion tant rêvée à ces politiciens, de l’opposition comme de la mouvance, obligés d’exister dans la mémoire de leurs électeurs, et ce, en marge des élections générales de 2026.
« La lutte ne fait que commencer », ont péroré, les opposants radicaux « Les Démocrates », en conférence de presse à Cotonou, le dimanche 19 novembre. Eric Houndété et Cie viennent ainsi, de lancer les premières escarmouches pour signifier à Patrice qu’il est dans leur viseur. Ce parti qui regorge d’anciens politiciens bien avisés et plus est, avec un ancien Chef d’Etat, à sa tête, n’est pas à même de mieux s’organiser pour coiffer au poteau, un gouvernement en manque de « social ». Essoufflé par les réformes du régime en place, le peuple qui clame urbi et orbi qu’une alternative crédible lui ferait un bien fou en 2026, ne peut guère confier son destin aux Démocrates. Au-delà des promenades dans « les maisons mortuaires », le parti de Yayi veut désormais surfer sur le "dossier soja", une occasion rêvée pour porter l’estocade avant le début du match.
A la Force Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), noyé peu ou prou dans le landerneau politique, depuis le retour à l’Assemblée nationale des Démocrates, on se fait le devoir d’exister. Cela va de soi en effet. Le soja fait un bien inattendu à Paul Hounkpè et Cie, qu’ils « veuillent s’attirer ou pas », « les fruits du labeur des autres », selon les internautes. Le parti dirigé par l’ancien ministre, est allé lui aussi, d’un communiqué pour manifester sa joie et in fine, se féliciter d’une lutte dont, à en croire son communiqué, les géniteurs sont « … aussi bien des producteurs, des politiques que le citoyen lambda ».
Pour les deux bébés siamois, c’est-à-dire le Bloc Républicain et l’Union Progressiste le Renouveau, deux partis proches de la mouvance, on s’est juste contenté des mesures prises. Il est vrai, la décision du gouvernement, à savoir :
■ Le commerce du soja grain est libre sur l’ensemble du territoire national. Ainsi, les opérations d’achat, de vente, de transport, les prix, les dates de démarrage et de fin des opérations, sont librement fixés par les acteurs.

■ l’exportation du soja est libre, sans agrément et se fait exclusivement par le Port de Cotonou.

■ la contribution à la recherche et à la promotion agricole (CRA) perçue au cordon douanier, à la charge exclusive des exportateurs, est désormais fixée à 30 FCFA par kilogramme de soja grain au lieu de 140 FCFA au titre de la campagne écoulée ; pourrait à tout point de vue, leur faciliter la tâche. Bien sûr dans la logique d’élargissement de leur assiette électorale pour les élections générales de 2026.
Loin de cette lutte acharnée, en ligne de mire pour 2026, le soja en définitive fait courir opposants et mouvanciers. Mais les vrais dindons de la farce, demeurent les paysans producteurs.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook