Présidentielle 2021

Bénin : un opposant au régime en place compare le bilan de Talon aux 10 ans de son prédécesseur

L’investigateur 8/09/2020 à 16:23

Gabriel Laurex Ajavon a opiné en sa qualité de vice-président du Parti la Flamme Renouvelée (PFR) sur l’actualité nationale cette semaine. A l’occasion, il a fait un bref bilan du quinquennat du chef de l’Etat sortant, Patrice Talon et mieux, a tenté une comparaison entre le régime de la rupture et celui de la Refondation.

Pour le vice-président du PFR, le bilan du chef de l’Etat, Patrice Talon ne doit pas être sous-estimé. Des différentes réformes, notamment dans les secteurs de la santé, des transports, de l’éducation, les microcrédits aux plus pauvres, ect.., il pense que le gouvernement a fait des efforts. Selon ses déclarations, le mérite est désormais accordé au travail bien fait sous la rupture. « Aujourd’hui, on ne peut plus aller émarger sans travailler, il y a des anomalies qui n’existent plus », a déclaré le candidat malheureux à l’élection de 2016. Pour Gabriel Laurex Ajavon, « Patrice Talon a fait mieux que l’ancien président Boni Yayi et son ministre Komi Koutché, réunis ».

Lire aussi : Parakou  : un voleur de moto abattu par la police à Amawignon

Toutefois il estime qu’une fois au pouvoir, son parti ferait mieux. « Prenons les choses factuelles ; le projet Bénin Taxi. Quand on prend un taxi par exemple, moi avec la moitié de ce qu’ils ont dépensé, j’aurais fait la même chose. J’aurais réduit le coût des courses 50 % rien qu’en mettant la publicité sur les véhicules et chaque voiture va rapporter 4 millions par an. Les routes qu’ils sont en train de nous faire ; nous allons faire la même chose avec 50 % du budget consacré pour cela. L’agriculture, nous allons procéder autrement. Ce qu’on appelle les cultures de courte et longue durée. Aujourd’hui, il y a des cultures que vous pouvez récolter 3 fois dans l’année, celles-là, il faut les distinguer des cultures de longues durées. Par exemple le teck, le palmier à huile, les cocotiers ainsi de suite ect… », a-t-il dit ; avant de conclure : « Nous n’allons pas gérer comme il est en train de gérer aujourd’hui parce que nous avons la boussole.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer