Bénin/décentralisation

Commune de Parakou : les non-dits de la désignation de la nouvelle équipe municipale

Judicaël C. GBETO 15/08/2020 à 13:11

La mairie de Parakou n’est plus dirigée par la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE). Aboubacar Yaya a cédé son fauteuil à Zimé Chabi Inoussa. Ceci est la conséquence directe de l’invalidation par la Cour suprême des sièges des conseillers Ousmane Traoré et Adiyath Ali Yerima. Après l’installation de la nouvelle équipe le jeudi 13 août 2020, les langues ont commencé par se délier.

Autant de déballages, révélateurs de la conséquence de la perte de la mairie de Parakou par la Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE). De sources concordantes, l’accord de gouvernance qui devrait prévaloir au-dessus de tout, vu qu’aucun des trois partis n’avait eu la majorité absolue, n’a pas été fait.

Lire aussi : Football  : le Bayern dévoile son plan contre Barcelone avant le match de cette soirée

La preuve, confirment les mêmes sources, si c’était le cas, les trois dirigeants de partis en jeu à savoir : Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), le Bloc Républicain (BR) et l’Union Progressiste (UP) devraient tous signer cet accord avant l’envoi de la liste de l’exécutif désigné, chez le préfet du départ du Brogou, Dibril Mama Cissé. Mais contre toute attente, le secrétaire exécutif national de la FCBE, Paul Hounkpè en l’occurrence n’a pas signé cet accord. Contrairement à son homologue du BR, le ministre Abdoulaye Bio Tchané et le président Bruno Amoussou de l’UP. Ce dysfonctionnement noté dresse à n’en point douter, le lit aux déballages et le ton monte désormais à la FCBE. A plus forte raison, le spectre de la saisine de la Cour suprême plane sur la mairie de Parakou. Le moins qu’on puisse dire selon les mêmes sources est que les dirigeants FCBE désapprouvent ce Conseil municipal présidé par le nouveau maire BR et l’ont fait savoir au cours d’un point de presse animé juste après l’installation.

Lire aussi : Talon : un soutien au président se prononce après la sortie de son équipe de communication à Lokossa

Issifou Amadou, coordonnateur communal des FCBE confie qu’« aucun accord de gouvernance n’a été signé entre les partis au pouvoir et les cauris » et trouve qu’il s’agit là « d’un coup monté de toute pièce pour évincer les cauris à Parakou ».
Tout en clamant que la présence de la conseillère, Alimatou Abdoulaye, au poste de 3ème adjoint au maire (dans la nouvelle équipe dirigeante), n’engage nullement le parti, le coordonnateur FCBE annonce que le parti dans « la paix » et le « calme », envisage d’engager des batailles judiciaires, notamment à travers la saisie de la Cour suprême
A malin, malin et demi

En vérité, certes on déduit de la situation ainsi caricaturée que les dirigeants de la FCBE ont été roulés dans la farine, mais il faut reconnaître qu’ils se sont fait prendre à leur propre piège.

Lire aussi : Bénin : La FBF renforce les capacités des entraîneurs principaux de Ligue 1 et 2 le mois prochain

Pour s’en convaincre, au cours des négociations, rappellent nos sources, les Cauris n’ont pas adopté une démarche uniforme. Pendant que la direction du parti était en négociation avec les autres partis pour sceller un accord de gouvernance, susceptible de faire profiter la FCBE, d’autres membres du parti négociaient parallèlement pour des attributs personnels. Mais oubliant qu’en politique, la parole donnée ne vaut même pas plus que le duvet d’un oisillon, ils finiront tous par se faire avoir. Les adversaires politiques (BR, UP) ont profité des lézardes pour entrer dans la maison et leur chiper le fauteuil de la première autorité à Parakou, ville à statut particulier. La présence de la seule dame FCBE au sein de l’exécutif communal, est contestée parce que ce n’est guère la volonté du parti.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook