Bénin

Madougou : un ancien vice-président de Les Démocrates plaide pour sa libération, lire les détails

L’investigateur 30/03/2021 à 16:08

Soucieux de la tenue d’une élection apaisée le 11 avril prochain, le candidat de Restaurer La Confiance (RLC), Corentin Kouhoué s’est penché sur le cas de la candidate des Démocrates en détention provisoire, Réckya Madougou.

Lire aussi : Abomey-Calavi : 03 frères calcinés dans un incendie à Tôgbin Fandji

En effet, selon Corentin Kohoué, ancien Directeur général de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee), candidat à la présidentielle du 11 avril 2021, le gouvernement doit œuvrer pour la tenue des élections apaisées. Dans ce sens, l’ancien vice-président du parti, Les Démocrates a profité d’une interview accordée au « Think-Tank Citoyen de l’Afrique de l’Ouest WATHI », pour formuler une demande envers le gouvernement. Selon ses propos, le gouvernement doit ramener la balle à terre en libérant Réckya Madougou. « Le gouvernement aussi doit baisser la tension en libérant Réckya Madougou », a clamé Corentin Kohoué.

Selon l’ancien allié du président Bruno Amoussou, la manifestation de la colère et de la frustration doit se faire dans les urnes, et non dans la rue. « Ne posons pas des actes de violence et allons manifester notre mécontentement dans les urnes le 11 avril prochain », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Bénin  : ce que Agbénonci n’a pas dit devant la diaspora sur le blocage de l’émission des passeports

Inutile de chercher à brûler le pays, selon Corentin Kohoué. Par la même occasion, il estime que le bon militant n’est pas forcément celui qui se fait arrêter « bêtement ». Sinon que dans ce cas, il voit l’alternance impossible, si on manque de stratégie.
Enfin, il invite toute l’opposition à s’aligner derrière le duo Kohoué-Agossa afin de rendre possible, l’alternance au sommet de l’Etat.

Rappelons que Réckya Madougou, candidate recalée du parti « Les Démocrates », est en prison depuis le 05 février dernier parce qu’elle est visée par une enquête judiciaire. Au motif qu’elle mettait en place, un plan pour déstabiliser le pays, selon Mario Mètonou procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook