Afrique

Niger : Mohamed Bazoum élu président face à Mahamane Ousmane

L’investigateur 23/02/2021 à 18:12

Au terme du second tour de l’élection présidentielle au Niger, le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum, a été élu, avec 55,75% des voix, selon les résultats provisoires de la Ceni. Il devance l’opposant Mahamane Ousmane.

Selon la commission électorale nationale et indépendante (Ceni), qui a publié des résultats provisoires, Mohamed Bazoum a remporté le second tour de l’élection présidentielle, qui s’est tenu le 21 février dernier. Le candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir) a remporté 55,75 % des suffrages (2 501 459 voix).

Lire aussi : Madougou : sa réaction après la garde à vue de Djibril Dramane à la brigade criminelle

L’ancien ministre de l’Intérieur devance l’opposant Mahamane Ousmane (44,25 % des suffrages et 1 985 736 voix), qui avait reçu le soutien de Hama Amadou, de Salou Djibo ou encore d’Ibrahim Yacouba. Mohamed Bazoum avait quant à lui bénéficié du ralliement, entre les deux tours, de Seini Oumarou et d’Albadé Abouba (8,95 % et 7,07 % des suffrages au premier tour), rapporte Jeune Afrique.

Mohamed Bazoum l’aurait emporté largement dans les régions de Tahoua, Agadez et Diffa, et arrive également en tête à Maradi et, de justesse, à Zinder, où les scores sont cependant très serrés (340 397 voix contre 340 249). Il gagne quant à lui à Dosso et, surtout, dans les centres urbains de Tillabéri et Niamey.

La tension a monté d’un cran avant...

Ces chiffres provisoires doivent encore être validés par la Cour constitutionnelle, qui ne proclamera pas les résultats définitifs avant plusieurs semaines. La mission d’observation de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) a « exhorté tous les candidats en lice à respecter les résultats issus des urnes et à recourir aux procédures et aux voies légales pour le règlement de tout contentieux ».

Lire aussi : Houndété sur les élections : « c’est une élection Talon contre Talon »

« Si jamais les citoyens constatent que ces élections ont encore (…) été des élections truquées, je crains que la situation soit difficile à gérer », avait déclaré Mahamane Ousmane après avoir voté à Zinder le 21 février. Mardi 23 février, la direction de campagne de l’ancien président a encore contesté les résultats et dénoncé un « hold-up électoral ».

Mais il faut noter que la tension a exacerbé à l’annonce des chiffres provisoires, notamment à Niamey, où plusieurs dizaines de partisans de l’opposition sont descendus dans la rue. Le scrutin s’est cependant déroulé dans « des conditions satisfaisantes », avait auparavant estimé la CEN-SAD.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook