Afrique

Nigeria : situation toujours tendue après un « mardi sanglant » à Lagos

L’investigateur 21/10/2020 à 17:22

Au lendemain de l’attaque de manifestants pacifiques par des forces armées à Lagos, le Nigeria s’est réveillé sous le choc ce mercredi 21 octobre 2020.

A Alausa, des manifestants défilent malgré le couvre-feu décrété par le gouverneur dans l’État de Lagos, Sanwo Olu, dans le centre économique nigérian de Lagos.
Ce mercredi 21 octobre 2020, des bâtiments ont été incendiés, 24 heures après la répression sanglante d’une manifestation pacifique au bilan controversé. Au cours des manifestations, le siège d’une station de télévision, appartenant à un politicien et qui a des liens avec le pouvoir a été incendié.

Lire aussi : Football  : Ronaldo absent ce soir en ligue des champions, les affiches du jour

Ici et là, à travers la ville, des coups de feu ont été entendus, selon des témoins, rapporte Ouest France. Dans ce cafouillage, les appels à la démission, lancés à l’endroit de Buhari, se multiplient sur les réseaux sociaux.

« M. Buhari vous êtes un échec ! Vieux et incompétent ! Nous ne voulons pas de vous, ni de votre vice-président et de votre chef de la police ! Démissionnez », a tweeté l’autre grande star de la musique nigériane Wizkid.

Lire aussi : CRIET  : condamnation de 05 personnes à 05 ans de prison ferme pour escroquerie

Comme bilan, on annonce la mort de 18 personnes dont deux policiers au moins depuis deux semaines que les émeutes ont commencé. Lequel bilan peut s’alourdir dans quelques instants parce que plus de 1 000 manifestants rassemblés pacifiquement sur un péage à Lagos, ont été dispersés par des tirs à balles réelles. « Des forces armées ont ouvert le feu sur la foule, qui avait bravé le couvre-feu total imposé à Lagos plus tôt dans l’après-midi. »
Selon des témoins et l’ONG Amnesty international, « plusieurs personnes » ont été tuées, mais il n’était pour l’heure pas possible de confirmer leur nombre exact. L’Union européenne (UE) et l’ONU ont condamné les violences, l’UE jugeant « crucial que les responsables de ces abus soient traduits en justice et qu’ils aient à rendre des comptes », l’ONU appelant à « la fin des brutalités et des abus policiers au Nigeria ».



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook