Bénin

Présidentielle 2021 : voici le parti qui pourrait porter la candidature de Reckya Madougou

L’investigateur 31/01/2021 à 14:03

Reckya Madougou, ancienne ministre de Boni Yayi, est annoncée dans les starting-blocks pour succéder à Patrice Talon à la Marina. Seulement, à l’heure du regroupement des grands ensembles, beaucoup peuvent prendre sa candidature comme une comédie. Mais attention…

L’ex-ministre de Boni Yayi, Reckya Madougou a, semble-t-il, pion sur rue et ne se fera pas conter les faits liés aux élections présidentielles d’avril prochain. Certes de façon concrète, elle n’appartient à aucun parti pour l’instant. Mais de sources ébruitées, l’ancienne Garde des Sceaux et actuelle Conseillère spéciale à l’inclusion financière du Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, a fignolé depuis fort longtemps, son plan et sait qu’elle prendra une part active dans les élections présidentielles.

Lire aussi : 2nd mandat pour Talon : 20 raisons le justifient, selon un ex-allié de Ajavon

A en croire une source contactée par l’Investigateur, sa candidature annoncée et réclamée sur les réseaux sociaux n’est pas un fait de hasard.
Mieux, le choix porté sur elle par le Rassemblement pour la République de Fred HOUENOU, ancien collaborateur du ministre de la communication de la poste et porte-parole du gouvernement, Alain Orounla n’est qu’un pan du schéma mis en place par la consultante internationale sur les questions de Finance inclusive et de développement pour atteindre son but.

A en croire nos sources, la candidature de l’ex-ministre, garde des sceaux sous Boni Yayi, pourrait être portée par le Mouvement Populaire de Libération (MPL), présidé par Sabi Korogoné ;. Ce parti serait dans la logique de la coopter. Et, il s’agit d’un plan savamment orchestré des mois auparavant.

Lire aussi : Talon au congrès de l’UDBN  : ce qu’a dit Prudencio pour accueillir le président

Selon les mêmes sources, le président du MPL, Sabi Korogoné qui dès le début, s’est arrimé aux objectifs fixés dès la création de son parti, n’est jamais allé par quatre chemins pour clamer à tue-tête que sa formation politique n’est « ni Talon, ni Yayi ».

Sur la question de parrainage, les mêmes sources indiquent qu’il s’agit d’un problème réglé depuis Mathusalem. Ce qui induit que la probabilité qu’une femme au moins soit enregistrée parmi les candidats à la succession à Patrice Talon à la Marina, devient forte. Mais avec qui elle composera le DUO ? Dans quelques jours, on le saura.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook