Diplomatie

Côte d’Ivoire : l’ONU à Abidjan pour arbitrer le bras de fer entre Ouattara et les opposants

L’investigateur 22/09/2020 à 12:00

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, A entamé, depuis hier, une visite officielle en Côte d’Ivoire.

Il s’agit d’une visite qui s’inscrit « dans le cadre du soutien des Nations Unies pour l’organisation d’une élections présidentielle pacifique, inclusive, transparente et crédible, prévue le 31 octobre 2020 », Selon les services du chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

Lire aussi : Bénin : Bénin, Ahossi traite Candide Azannaï de « politicien saisonnier et de circonstance »

A cet effet, M. Ibn Chambas rencontrera au cours de sa visite, le Président ivoirien Alassane Ouattara. Puis après une série de rencontres avec des membres du gouvernement, des acteurs politiques, des représentants de la société civile, des représentants du corps diplomatique, ainsi que l’équipe pays des Nations Unies, rapporte l’institution internationale sur son site.

A dire vrai, la situation en Côte d’Ivoire préoccupe plus d’un. La preuve à l’ouverture de la 45e session du Conseil des droits de l’homme, lundi 14 septembre à Genève, la cheffe des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, s’était préoccupée de la situation dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest.

Lire aussi : Présidentielle 2021  : Djogbénou prend un engagement et exprime un souhait

Pour elle, le processus électoral avait commencé dans « un climat politique tendu et sur fond de déclencheurs de violence préexistants liés à des questions de nationalité, de clivages régionaux et ethniques toxiques, d’inégalités économiques, de discrimination et d’impunité pour les crimes passés ».
Le durcissement des positions à savoir les opposants qui sont contre le rejet des candidatures de certains leaders tels Guillaume Soro et Laurent Gbagbo d’une part, et le jusqu’au-boutisme de Ouattara qui ne veut pas démordre, sont en fait des facteurs qui alimentent la crise.

« La Haut-Commissaire aux droits de l’homme invite donc instamment les autorités à veiller à ce que les droits de l’homme de chacun soient pleinement protégés et respectés en cette période électorale importante », conclut l’ONU sur sa plateforme.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook