Décentralisation

Election des maires : une surprise pour prétendants rejetés et « conseillers rebelles »

L’investigateur 30/05/2020 à 19:36

Il n’est plus un secret pour personne. Après l’installation des conseils communaux, des propositions de listes uniques, faites par des partis politiques ont été rejetées par des conseillers communaux dans certaines communes. Pour la reprise des élections dans les zones où les candidatures ont été rejetées, des sources indiquent que l’un des partis victime de cette pratique du rejet est en train de prendre une décision.

Le rejet des propositions de liste unique pour l’élection des maires et ses adjoints est l’actualité qui polarise beaucoup plus les attentions. A Agbangnizoun, Toviklin, Lalo, Adjara, respectivement les maires Kouholi Oscar Clétus, Rigobert Tozo, William Fangbédji, Germain Wanvoégbè, proposés par leur parti politique l’Union Progressiste (UP) n’ont pas été élus. Pour divers motifs, les conseillers communaux ont bloqué le processus à l’étape de l’élection du maire. Un scénario pour le moins inattendu d’autant plus que le parti politique qui a été plus victime de cette pratique a pourtant damé le pion à ses challengers dans les communes citées. A Lalo par exemple, sur 25 conseillers, le parti dirigé par Bruno Amoussou a raflé 20 sièges. Mais, le maire proposé William Fangbédji ne sera pas plébiscité par ses pairs. Il est vrai que les « conseillers rebelles » n’ont pas suivi le mot d’ordre de leur parti politique. Et sans trahir un secret, ils espèrent un changement du trio à savoir le maire et ses deux adjoints pour la reprise des élections. Mais dans la réalité, ils seront surpris selon des sources introduites. A en croire les mêmes sources, « il n’y aura pas grand changement » pour la reprise des élections. Les conseillers qui s’opposent au mot d’ordre du parti finiront par rentrer dans les rangs, estiment ces sources qui plus loin, clarifient que le scénario du rejet auquel on a eu droit relève du passé. « Ils finiront par comprendre parce que plusieurs d’entre eux n’ont pas lu le code et il faut le leur expliquer », renchérissent ces sources.
En dehors de l’Union Progressiste, il faut dire que la Force Cauris pour un Bénin Emergent qui avait assez de marge de manœuvre pour s’emparer de la mairie de Parakou a vu l’élection du maire proposé, Théophile Yarou rejetée tout comme Taté Ouindeyama à Natitingou.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook