Bénin

Parti Les Démocrates : l’éléphant annoncé est-il venu avec une patte cassée ?

L’investigateur 26/08/2020 à 11:26

Même si les corrections sont possibles, il est indicible que le parti présidé par Eric Houndété en arrive à commettre une bourde du genre. Omettre les lettres de démission de certains membres fondateurs du parti, lors de la constitution des pièces déposées au ministère de l’intérieur et de la sécurité publique dans le cadre de la création de cette formation politique, Les Démocrates.

Le sujet relatif aux observations faites par le ministère de l’intérieur et de la sécurité publique, aux « Démocrates », en quête de récépissé continue d’alimenter les débats. Il est vrai que des sources ont confirmé que le département ministériel dirigé par le ministre Sacca Lafia a effectivement fait des observations aux dirigeants du parti. Mais d’autres continuent d’infirmer l’information.

Lire aussi : Covid-19 : le Roi d’Agoué offre des kits aux palais du Mono et à la mairie de Comé

Car, pour elles, le secrétariat administratif du parti n’aurait pas reçu de façon officielle, une lettre en provenance dudit ministère. Mieux, elles insistent que le « Ministère n’a toujours pas saisi le parti Les Démocrates, mais plutôt la FCBE pour vérifier si ceux qui étaient membres fondateurs, ont effectivement démissionné ; ce qui a été fait de même au niveau du parti DUD de l’honorable Valentin Aditi Houdé ». Alors, à quel niveau y a-t-il eu dysfonctionnement ? Les Démocrates, avec toute l’assurance dégagée, le 29 juillet 2020, date de dépôt des pièces au ministère ont-il vraiment omis d’insérer toutes ces lettres de démission ?
Il est vrai qu’au nom de la loi, le ministère de l’intérieur va juste faire des observations et demander que des corrections y soient apportées, mais compte tenu du bruit qui a couru à l’avènement de ce parti, on est loin de s’imaginer que l’éléphant annoncé soit arrivé, quelques semaines seulement, avec une patte cassée.

Lire aussi : Présidentielle 2021 : Le Mouvement « Faiseurs de Roi » suscite la candidature de Gabriel Laurex Ajavon

En tout cas, on a cru peut-être à tort que le président Eric Houndété, fin limier en personne, et des têtes bien faites qu’il y a eu autour des travaux ont dû faire un travail dépourvu de toutes failles. Raison pour laquelle la surprise a été générale d’admettre juste au lendemain du dépôt des dossiers que le ministère soit amené à les épingler sur ce terrain. « Le diable est dans les détails », dit-on. Car l’adversaire politique est en mesure de profiter de cette faille et faire durer le suspens autant que faire se peut. Or, l’obtention du récépissé est l’une des étapes les plus importantes de cette élection présidentielle. Il est vrai que nous n’en soyons pas encore à la thèse confirmant que des « lettres ont été omises ». Mais au cas où c’est effectif, cela entacherait le travail fait des mois durant ; et surtout en catimini, a-t-on dit, loin de tout ce qui peut déranger.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook